UN CHIEN A LA MAISON  (Dr. L. Vignon vétérinaire)

RESPECTER SA NATURE

Le chien est un animal apprivoisé depuis des milliers d'années. Il a quand même conservé une vie sociale propre qu'il faut connaître. Pour vivre « en bonne intelligence » avec son chien il faut respecter les codes et les rituels propre à son espèce. Ainsi il n'y a pas d'égalité sociale chez le chien. On est dominant ou dominé. Cette situation peut évoluer dans le temps. La situation de dominant n'est pas forcément confortable, elle est même très souvent une source d'anxiété pour le chien. La situation de dominé signifie simplement que les maîtres possèdent des prérogatives de dominant. 
   
COMMUNIQUER AVEC LE MEME LANGAGE
La communication non verbale doit être privilégiée. Ainsi l'ordre doit être clair et lisible : « Le verbe accompagne le geste ». 
Par exemples : 
- Viens ici, doit accompagné un sourire ou une tape sur la cuisse (appel au jeu). 
- Va-t-en, doit se dire debout, droit, en pointant le doigt et en orientant son regard vers la croupe du chien (attitude dominante).
 
Il faut donc se mettre à la portée de l'animal en utilisant intonation, mimique, et posture du corps. 
Par exemple : - Si l'on veut se montrer dominant en approchant un chien, il faut suivre une trajectoire rectiligne en direction du chien en le regardant sur le dos.  
 
Attention aux erreurs d'interprétation:
- Un chien qui vient de mordre et qui pose la patte sur la personne mordue ou qui  lèche la blessure ne demande pas pardon: il s'agit d'un rituel qu'utilise le dominant qui vient de mordre un challenger pour clore l'incident.
- Quand le chiot arrive à la maison, après l'âge de huit semaines, il ne faut plus accepter les mordillements, il ne fait pas ses dents. Naturellement la mère refuse ces petites morsures de la part de ses chiots.
- L'attitude penaude du chien au retour des maîtres ne signifie pas qu'il comprend qu'il a fait une bêtise, mais correspond à une posture de soumission adoptée spontanément quand un dominant sanctionne (par la voix ou par son attitude!!).  
 
PUNITION et RECOMPENSE
La punition, comme la récompense doivent être effectuées de façon claire en utilisant les rituels canins. Lors d'une punition, il convient donc d'adopter une posture un ton et une mimique menaçants: 
- Si le chiot se met sur le dos ou fuit, on cesse la menace.
- Si au contraire il grogne ou aboie on pourra le prendre par la peau du cou.  
 
Contrairement à la récompense si la punition est aléatoire elle est moins efficace.De même la sanction, contrairement à la récompense, doit être effectuée au début de la faute:              
On grondera le chiot au moment ou il s'accroupit pour uriner dans le salon.                      
- On cajolera le chiot  à la fin de la miction dans le jardin.- Avant l'âge de 6mois, on peut prendre le chiot par la peau du cou.Cette attitude de dominant sera bien accepté par le chiot, mais doit rester exceptionnelle. 
- Après l'âge de 6mois il faut choisir l'exclusion du lieu du conflit. On renvoie le chien dans sa couche en le faisant fuir.On ne peut pas récompenser pour un non-acte. Donner un gateau parce que le chien n'a pas fait de bêtise pendant l'absence du maître n'a aucune signification.  
 
LA PROPRETE
 La notion de propreté a peu de sens pour le chiot: Etre propre c'est ne pas faire dans sa couche (l'endoit où il dort).
 Il faut donc tout d'abord observer le chiot et repérer les moments où il aura envie de faire (après le repas ou après avoirjoué). 
- Il faut ensuite sortir l'animal dans un endroit calme et le récompenser une fois ses besoins terminés. - Il ne faut pasmettre le nez dedans. Le chiot va comprendre que la présence des excréments est une faute. Il cherchera alors à faire en dehors de la présence de son maître, ou mangera ses excréments pour les faire disparaître.  
 
La propreté est normalement acquise avant 4/5 mois. 
- Si le chiot n'a jamais été propre, il peut s'agir d'un défaut d'apprentissage qui peut se corriger. Si le chien est parfois sale, il peut s'agir d'une anxiété de séparation(*), qui peut être traité.
- Si le chien redevient sale, il peut s'agir d'un trouble de hiérarchie, d'une sociopathie.
 
(*) L'anxiété de séparation est un des troubles les plus fréquents. L'attachement du jeune chiot à sa mère ou à son maître avant 3 mois est naturel. Un détachement actif doit avoir  lieu entre 4 et 6 mois (la chienne renvoie parfois rudement son chiot), sinon le chien ne supporte plus d'être séparé de ses maîtres et refuse toute assimilation à un groupe. 
 
LA MARCHE EN LAISSE
 Trois points sont à respecter :
- attendre le bon moment. Il faut familiariser d'abord le chien à la laisse et au collier. 
- Il ne faut pas tirer sur la laisse en continue, mais par à-coups.
- Il faut accompagner la laisse par des mots : « une laisse vocale accompagne une laisse physique ». Un chien peut apprendre à marcher en laisse en 3 à 4 séances de 5 minutes.  
Si le chien ne réussit pas à marcher en laisse, il peut souffrir d'une affection comportementale: syndrome d'hypersensibilité-hyperactivité, syndrome deprivation, dyssocialisation primaire...